Sanagi Dōjō

 Le Iaïdō, un art de vivre

Le Iaïdō est un Budō, art martial japonais, issu des connaissances des anciens samouraïs. Afin de bien saisir les différentes étapes de sa genèse nous mettrons ici trois points en évidence.

Le Iaï ou art de dégainer le sabre et de trancher dans un même mouvement est codifié au 16ème siècle. Le terme dō évoque davantage l’idée de voie, d’épanouissement personnel, voire de développement spirituel.

De nombreuses écoles anciennes (koryu) ont perduré, véhiculant une tradition d’enseignement et existent encore aujourd’hui. Elles sont étudiées dans les dōjos japonais et européens.

Chaque école possède ses spécificités : l’étiquette, l’art de dégainer et rengainer le sabre, les positions du corps, etc.…

Le Iaïdō moderne a été codifié plus récemment, en 1952, et sa pratique s’appuie sur des séries de katas (combats codifiés). Ces derniers permettent d’acquérir entre autres dextérité, synchronisation, tonicité, maîtrise de son corps, ainsi qu’une forme de présence consciente accrue.

Tout en gardant l’esprit martial de ses origines, cette discipline évolue alors vers une approche plus philosophique, où la recherche du geste juste, de vivre pleinement l’instant présent est centrale.

Dépendant du Comité National de Kendō, émanation de la Fédération Française de Judō et Disciplines Associées, le Iaïdō contemporain est fédérateur.

Les notions de respect de soi et des autres sont, bien entendu, des valeurs fondamentales de cet art martial, mais on peut souligner cette particularité : la recherche exigeante d’écoute attentive de notre propre corps, afin de le préserver et de l’utiliser de façon judicieuse.

Cette discipline s’adresse donc à tous, hommes et femmes, de l’âge de quinze ans jusqu’à un âge très avancé. Il n’est en effet pas rare de rencontrer des pratiquants de 80 ans…

 

  1. Aspect matériel inhérent à la discipline

 

* Le dojo, lieu de la pratique

 

Traditionnellement le Iaïdō se pratique sur un parquet. Les infrastructures type salle de danse se prêtent tout à fait à cette discipline. La surface idéale est entre 150 m2 et 250 m2, et la hauteur sous plafonds de l’ordre de 3 mètres. Les tatamis ne sont pas appropriés pour ce type de travail car ils ne permettent pas les déplacements à genoux caractéristiques de cet art martial

 

* La section en équipe de France           

Des pratiquants de notre section de différents grades suivent les entraînements de l’Equipe de France de Iaïdō, et nous sommes présents à toutes les manifestions Nationales et Internationales : Paris Taïkaï, Championnats de France, Championnats d’Europe.

 

En épreuve individuelle ou en équipe, nous remportons chaque année des médailles sanctionnant le travail persévérant suivi tout au long de l’année.

 

 

 

 

* L’enseignante

 

Clémentine FERREIRO 3ème dan Iaïdō

Titulaire du Certificat Fédéral d’Enseignement Bénévole FFJDA/CNKDR

En formation d’arbitre national
Membre du Groupe France

Médaille d’or en individuels aux Championnats d’Europe 2013 en Mudan

Bronze en individuels aux Championnats d’Europe 2014 en 1er Dan

Argent en Équipes aux Championnats d’Europe 2016

Argent en individuels aux Championnats de France 2013 en Mudan

Or en individuels aux Championnats de France 2014 en 1er Dan
Bronze en individuels aux Championnats de France 2016 en 2ème Dan et Or en Équipes

Argent en Équipes aux Championnats de France 2017

Or en individuels aux Championnats de France 2018 en 3ème Dan

1

 

 

* Le directeur technique

 

Ramón FERREIRO 5ème dan Iaïdō

Cadre Technique Fédéral Adjoint

Arbitre national

Formateur & Juré d’examen à la Sous-Commission Nationale d’Enseignement du Iaïdō

8 fois Champion de France Iaïdō

2 fois Vice – Champion d’Europe Iaïdō

Professeur Karaté – Brevet d’État d’Éducateur Sportif 1er degré

Licence Staps Apas

 

 

En savoir plus :

Venez essayer  les mardis et jeudis de 19h00 à 21h00 à la salle Ronsard.
Tél. : 0607943697
http://www.iaido-tours.com/